L'impact de la Mode sur l'Environnement et l'Homme

l'État des lieux dans l'Industrie de la Mode

L’industrie de la mode est la deuxième la plus polluante au monde, après celle du pétrole. Elle représente entre 3% et 10% des émissions de CO2 mondiales. Son impact est plus important que les vols internationaux et le trafic maritime réunis.

L'Impact de la fast fashion sur l'Environnement et l'Homme
La culture du coton par exemple, représente 40% de la production globale du textile. Pour fabriquer un tee-shirt on a besoin d'environ 2 500 litres d'eau. 

À cet impact, n'oublions pas d’ajouter les problèmes liés aux consommations importantes de pesticides (chlore, l'ammoniaque, la soude, etc.) d’engrais et d’eau pour la production de coton conventionnel.

On estime actuellement que 4 % de l’eau potable disponible dans le monde est utilisée pour produire nos vêtements. 
Le textile est donc le 3e secteur consommateur d’eau dans le monde, après la culture de blé et de riz...
(Révoltant lorsqu'on pense que certains pays n'ont toujours pas accès à l'eau potable !)
Autre faits, notre consommation ! En effet, elle a considérablement augmenté depuis ces dernières années…

Nous achetons deux fois plus de vêtements qu’il y a une quinzaine d’années et nous les gardons moins longtempsDe nouvelles collections sont proposées chaque semaine dans les enseignes dites de "Fast Fashion", ce qui équivaut à 52 nouvelles collections par an, au lieu des 4 collections traditionnellement proposées

Fast Fashion et Scandales

La fast fashion nous encourage à accélérer le rythme de nos achats.

La publicité, le marketing et les opérations promotionnelles, en tant que consommateurs nous sommes ainsi poussés à renouveler très souvent notre garde robe et à effectuer des achats régulièrement afin de suivre les "nouvelles tendances" !

Et l'éthique dans tous ça !

Les impacts écologiques de la mode sur l'environnement et l'homme

Toutes ces collections sont généralement produites au Bangladesh, en Inde et en Chine malheureusement dans des conditions vraiment déplorables... 

Personnellement, c'est cet aspect qui m'a emmené à consommer différemment. Je ne pouvais plus en tant que consommatrice, acheter un vêtement tout en sachant que des personnes y ont laissé leur vie... 

Au Bangladesh, environ quatre millions d’ouvrières et d’ouvriers sont employés à bas coût. 80% des ces ouvriers sont des femmes parfois mineures. Les conditions sanitaires sont déplorables, et on dénombre de nombreux cas de cancers, malformations et maladies respiratoires liés à la pollution qu'émettent les usines ainsi que les eaux contaminées. 

The True Cost est un reportage que je vous recommande grandement ! Ce documentaire nous parle de l'effondrement du Rhana plaza qui a provoqué la mort de 1127 personnes.

Dans ce reportage plusieurs personnes sont suivies, pour raconter leur quotidien, mais un profil m’a bouleversée, celle d’une femme avec sa petite fille qui ne s’en sortait pas avec la paye de misère qu’on lui versait chaque mois (10$). Cette femme à qui on demandait de faire des heures sup. à rallonge n’avait pas d’autres choix que de faire dormir sa petite fille derrière sa machine à coudre à même le sol dans l’usine où elle travaillait. 

Je visionnais ces images en rentrant du travail, les yeux remplis de larmes...

Triste réalité n'est-ce pas...?

Il faut savoir que lorsque nous achetons un tee-shirt à 9€90 ou un pantalon à 19€90, il y a forcément la vie d'une ou de plusieurs personnes qui ont été sciemment ignoré...

Est-ce que le Made in Europe est la solution à ce problème ? Et bien pas nécessairement... Car si des personnes acceptent de travailler pour un salaire de misère, c'est qu'elles n'ont pas vraiment le choix et leur retirer leurs emplois ce serait encore plus dur pour elles.

Ces voix méritent d'être entendues ! Pour une amélioration de leurs conditions de travail ainsi que l'augmentation de leurs salaires afin qu'elles puissent subvenir à leurs besoins et celles de leurs familles.

En conclusion, la mode a fait et fait encore pas mal de dégâts sur l'environnement en nous touchant inévitablement, mais fort heureusement cette tendance est en train de changer.

Consommer c'est voter ! Il est primordial de savoir ce qui se passe derrière nos étiquettes et de faire son choix en fonction de celles-ci. :) 

 

 

Language
French
Open drop down